Il est temps de justice pour Sebastián Moro

Ce document, en partie, intégrait le lancement officiel de la campagne #JusticiaPorSebaMoro, que sa famille a lancée avec le slogan #SebastiánMoroFueElGolpe dès que celui-ci a été perpétré. Tout indique que cela a été un assassinat politique dans le cadre du coup d’État de novembre 2019 en Bolivie, dénoncé dans de nombreux rapports et présentations judiciaires.

Aujourd’hui, des organisations de défense des Droits de l’homme, des organisations politiques et sociales d’Amérique latine et du monde entier se joignent à la demande de justice pour le journaliste originaire de Mendoza. Ces groupes accompagnent le combat pour la Mémoire, la Vérité et la Justice pour exiger le jugement et la punition des responsables de crimes contre l’humanité, entre autres, de trente-sept meurtres. Sebastián est une de ces victimes. Son travail de journaliste exprimait un engagement politique que la dictature naissante voulait faire taire et punir.

En fait, cela a été exprimé dans son rapport final du GIEI (Groupe interdisciplinaire d’experts indépendants) qui a enquêté tout au long de l’année 2021 sur les violations des droits de l’homme dans ce qu’il considère comme des « conflits post-électoraux en Bolivie en 2019 ».

Cette enquête, ordonnée par la CIDH et officialisée devant le gouvernement de l’État plurinational de Bolivie en août 2021, la mort de Sebastian est envisagée ainsi que le reste des massacres qui ont eu lieu dans les jours de pointe de novembre 2019 à La Paz et Cochabamba.

Né à Mendoza le 14 mai 1979, Sebastián Moro est un exemple tragique de la manière dont, en Amérique latine, le journalisme engagé en faveur des droits de l’homme et des luttes sociales qui continue d’être valable et indispensable pour le peuple, est censuré et persécuté par le pouvoir.

Sebastián a travaillé pour Radio Nacional dans sa province, a écrit sur les droits de l’homme dans une perspective globale et a couvert les procès pour crimes contre l’humanité pour le collectif Juicios Mendoza. C’est le sujet de la thèse avec laquelle il a obtenu son diplôme en communication sociale, qu’il n’a pas reçu de son vivant. Avec l’arrivée au pouvoir du gouvernement Cambiemos en 2015, il a fait partie des milliers de journalistes qui ont été licenciés pour des raisons économiques ou politiques en Argentine.

Sebastián a travaillé à la station de radio de Mendoza de Radio Nacional de son pays pendant près d’une décennie, il a également écrit sur les droits de l’homme dans une perspective intégrale pour différents médias et a couvert les processus de crimes contre l’humanité pour le collectif journalistique Juicios Mendoza. C’est ce qu’était la thèse avec laquelle il a obtenu le baccalauréat en communication sociale de l’Université nationale de Cuyo. Avec l’entrée en fonction du gouvernement Cambiemos dirigé par Mauricio Macri en 2015, il faisait partie des milliers de journalistes qui, pour des raisons économiques ou politiques, ont perdu leur emploi en Argentine et/ou ont subi la censure et la persécution.

Attiré par le processus de changement mené par Evo Morales et Álvaro García Linera, il décide de s’installer en Bolivie en février 2018. Il y a travaillé dans les médias pour la Confederación Sindical Única de Trabajadores Campesinos de Bolivia (CSUTCB – abréviation du nom en espagnol), en tant que rédacteur en chef du journal Prensa Rural et animateur d’un programme sur Radio Comunidad. En tant que correspondant du quotidien Página 12, Sebastián a écrit une douzaine d’articles sur le processus qui a suivi les élections du 20 octobre et qui a conduit au coup d’État. À l’époque, il a été interviewé par les médias en Argentine et dans plusieurs pays d’Amérique du Sud, et il a été une voix d’alerte précoce sur la sédition antidémocratique en cours.

Par exemple, lors d’une interview accordée à la chaîne de télévision Canal 9 Litoral le 7 novembre, Sebastián a fait état des «affrontements et de la paralysie continus du pays. Les groupes qui répondent aux différents secteurs de l’opposition mettent en œuvre des actions violentes» et a dénoncé le «modus operandi de ces groupes de choc radicalisés qui répondent aux comités civiques, fondamentalement à l’Unión Juvenil Cruceña, la plus fondamentaliste». Patricia Arce (la mairesse de Vinto) a été enlevée, puis le bâtiment de la mairie a été incendié et détruit. Ils l’ont emmenée dans un endroit isolé et l’ont soumise à diverses humiliations (…), une image émergente du discours et des actions de violence et de racisme que l’on croyait enterrés en Bolivie et qui, à la lumière de ces confrontations, ont resurgi ».

«Sebastián est le premier journaliste au monde à annoncer et à dénoncer le coup d’État et en même temps il en est l’une des premières victimes fatales», disent sa mère Raquel Rocchietti et ses sœurs Melody et Penélope. Le samedi 9 novembre, la veille du coup d’État qui allait installer Jeanine Áñez au pouvoir, Sebastián leur a annoncé par whatsapp que les bandes du coup d’État avaient gagné les rues de La Paz et saisi le siège de la CSUTCB. Il leur a également raconté comment ils avaient capturé, ligoté et torturé pendant plusieurs heures José Aramayo, son patron direct et directeur général des médias de la Confédération, qui avait été sauvé à l’extrême du lynchage. Sebastián est retourné à son appartement, où il a terminé un article pour Página 12 et leur a dit qu’il sortait «pour se vider la tête un moment», car il savait qu’il aurait beaucoup de travail à faire le lendemain.

Dimanche, après avoir essayé en vain pendant plusieurs heures de contacter Sebastián, la famille Moro a demandé à un proche de partir à sa recherche. Cette personne – aujourd’hui un témoin à l’identité protégée – l’a trouvé dans son lit, à moitié conscient et portant des traces de coups, et a vu quelques chaises gisant sur le sol. Sebastian a été admis dans une clinique privée, où il est tombé dans le coma. Penelope est arrivée à La Paz le lundi 11, alors qu’Evo Morales avait déjà démissionné et que les opposants saccageaient sa résidence. À la clinique, elle a été informée que son frère avait subi un accident cardio-vasculaire potentiellement mortel. Elle a photographié les marques sur son corps, que les médecins eux-mêmes ont attribuées à une agression.

Raquel et Mélody sont arrivées en Bolivie le 13. L’état de Sebastian s’est aggravé et il est mort à minuit le samedi 16. Pendant les sept jours de son agonie, il n’a pas repris connaissance. Deux jours plus tôt, le pouvoir exécutif dirigé par Áñez avait publié le décret 4078, qui exonérait de toute responsabilité pénale les policiers et les militaires ayant participé à des «opérations de rétablissement de l’ordre interne», dénoncé comme un «permis de tuer» les manifestants opposés au gouvernement de facto. Dans les jours qui ont suivi, des dizaines de personnes ont été tuées et des centaines blessées.

Dans ce contexte, les médecins du sanatorium ont découragé la famille Moro de demander une autopsie de Sebastián, tandis que les fonctionnaires du consulat argentin leur ont proposé de l’incinérer et de «quitter le pays dès que possible» ou de l’enterrer dans une fosse commune dans un cimetière local. Les autorités diplomatiques argentines ont nié la possibilité qu’un avion médicalisé puisse rapatrier le corps. Dans l’impossibilité de porter plainte et craignant pour leur sécurité, Raquel, Penelope et Melody ont été contraintes d’accepter la crémation et de retourner en Argentine avec les cendres de Sebastian et sans l’autopsie.

Le jeudi 14 à 20h32, la ministre argentine de la Sécurité de l’époque, Patricia Bullrich, avait posté sur son compte Twitter @PatoBullrich : «Nous avons sauvé et mis en sécurité les journalistes argentins menacés en #Bolivie, Merci @gendarmeria pour l’engagement permanent». Quelques minutes plus tôt, en l’annonçant sur la chaîne Todo Noticias, elle avait déclaré : «Nous avons pu les faire sortir rapidement sans qu’il y ait de violence à leur encontre. Il n’y a aucune garantie pour travailler dans la rue… Nous sommes à la disposition de n’importe quel autre reporter qui se trouve sur place». Cette disposition n’inclut pas Sebastián, ni le photojournaliste argentin Facundo Molares Schonfeld, qui a été détenu dans un état grave dans un hôpital de Santa Cruz de la Sierra et emprisonné jusqu’au 28 novembre 2020, après le retour de la démocratie en Bolivie.

Dès qu’elles ont pu rentrer en Argentine avec les cendres de Sebastian, sa mère et ses sœurs ont entamé une lutte ardue pour la vérité et la justice, qui a commencé par une plainte auprès de la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH). Dans son rapport annuel 2019 du Bureau du rapporteur spécial sur la liberté d’expression de la CIDH, le chapitre » A. La liberté d’expression dans le contexte de la crise politique post-électorale en Bolivie» il indique : «Parmi les principales violations de l’exercice de la liberté d’expression et du droit d’accès à l’information publique enregistrées figurent le possible assassinat du journaliste Sebastián Moro», parmi 70 autres attaques contre des journalistes signalées dans ce contexte. En outre, la mort «extrêmement douteuse» du journaliste de Mendoza a été incluse dans le rapport de la Commission argentine de solidarité avec le peuple bolivien, qui mentionne de nombreux indices selon lesquels «il a subi une agression avant la longue agonie qui s’est terminée une semaine plus tard par sa mort».

De même, la famille Moro a déposé des plaintes auprès de la Cour fédérale argentine afin que le cas de Sebastián soit inclus comme un possible crime contre l’humanité dans les affaires contre le coup d’État séditieux en Bolivie qui, sur la base de la compétence universelle pour les enquêtes et les poursuites pénales des violations des droits de l’homme, sont entendues dans les tribunaux de Buenos Aires, Córdoba et Mendoza.

De même, la famille Moro a déposé des plaintes auprès de la justice fédérale argentine pour que le cas de Sebastián soit inclus comme un possible crime contre l’humanité dans les affaires contre le coup d’État séditieux en Bolivie qui, sur la base de la compétence universelle pour les enquêtes et les poursuites pénales des violations des droits de l’homme, sont en cours de traitement dans les tribunaux de Buenos Aires, Córdoba et Mendoza.

En même temps, la cause a été rejointe par la solidarité de nombreux groupes de défense des droits de l’homme, de syndicats de travailleurs de la presse, de dirigeants sociaux et politiques et de journalistes engagés dans la demande d’enquête et de justice pour Sebastián Moro. Aujourd’hui, la vie de la famille Moro est un voyage incessant à travers les sphères institutionnelles, les espaces militants et les médias. Aujourd’hui, Raquel, Melody et Penélope sont le moteur d’une demande qui s’amplifie et ne cessera pas tant que la vérité et la justice pour Sebastián Moro ne seront pas obtenues.

Le 8 novembre 2020, le peuple bolivien a reconquis la démocratie, un an après la perpétration du coup d’État. Avec l’investiture de Luis Arce Catacora et de David Choquehuanca comme président et vice-président de l’État plurinational de Bolivie, la légalité a été retrouvée et la possibilité de présenter le cas de Sebastián Moro devant la justice institutionnelle du pays où il est mort a été rendue possible.

Dans ce contexte, le Rapport final du Groupe interdisciplinaire d’experts indépendants (GIEI) qui a enquêté en Bolivie sur «les actes de violence et les violations des droits de l’homme survenus entre le 1er septembre et le 31 décembre 2019», ainsi que sur les massacres de Sacaba (14 et 15 novembre 2019, 10 morts) et de Senkata (19 novembre, au moins 10 morts) et d’autres actes de violence attribués aux bandes putschistes, inclut la mort du journaliste argentin.

Le 17 octobre 2021 lors de la présentation publique du rapport du GIEI, le président Arce a lui-même nommé Sebastian Moro parmi les trente-sept victimes des violences des putschistes, pour lesquelles il s’est engagé pour la justice et réparation. “Ce jour nous rendons hommage à ceux qui sont morts pendant cette funeste période et, bien que les coupables ne l’aient jamais fait, au nom de l’Etat nous demandons pardon et accompagnons les familles dans ce deuil”, a a déclaré le chef de l’Etat bolivien dans son allocution.

En juillet dernier, une enquête réalisée par l’actuel Ambassadeur Argentin Ariel Basteiro a révélé que le gouvernement de l’ex-président Mauricio Macri était non seulement réticent à définir la sédition du 10 novembre 2019 comme un Coup d’Etat, mais qu’il l’avait également soutenu avec l’envoi de matériel militaire. La personne qui a reçu la lettre dans laquelle le général bolivien Jorge Terceros remercie l’apport de munitions et de fournitures est l’ancien ambassadeur Normando Álvarez García, la même personne qui, alors que Sebastián était en train de mourir dans une clinique privée de La Paz, n’a pas tenu sa promesse d’aider au moins avec les médicaments et l’a abandonné à son sort. Les fonctionnaires consulaires ont été tout aussi négligents.

Tout au long de l’année 2020, la famille de Sebastian a réclamé justice à travers toutes sortes d’efforts. La pandémie l’a empêché d’arriver en Bolivie pour prendre en charge la cause avant octobre 2021. Là, sa mère et ses sœurs ont pu témoigner devant la justice bolivienne et devenir plaignantes dans une affaire qu’il avait déjà ouverte d’office.

Sa représentante légale en Bolivie, Mme Mary Carrasco, a présenté au tribunal une multitude de preuves et de déclarations de témoins importants dans l’affaire. Cependant, jusqu’à présent, tant le bureau du procureur en charge que les enquêteurs de la police n’ont pas donné suite, ni rigueur, ni rapidité à ce qui a été fait. De cette façon, nous mettons en garde avec inquiétude contre l’inefficacité et le désintérêt dont la justice bolivienne a fait preuve dans l’enquête, malgré les engagements politiques publics et les efforts des organisations familiales et sociales pour contribuer à ce processus en dehors de leur pays d’origine.

Honorer sa mémoire, connaître la vérité et rendre justice est une réclamation de la société civile et un devoir à accomplir par les Etats démocratiques de deux nations. Il est impératif que les actuels fonctionnaires concrétisent les engagements en droits humains.

Sebastián Moro est né en Argentine durant la dictature civilo-militaire dirigée par le général Jorge Rafael Videla.

Sebastián Moro fût assassiné en Bolivie durant le coup d’Etat dirigé par Luis Fernando Camacho, Carlos Mesa, Arturo Murillo et Jeanine Áñez.

Sebastián Moro avait dédié son travail et sa vie à la lutte pour les droits humains, la démocratie avec équité, la mémoire, la vérité et la justice.

Il est temps de justice pour Sebastián Moro.


A través de este formulario convocamos a organizaciones, personalidades e instituciones de Latinoamérica y el mundo a sumarse al reclamo de justicia por el periodista argentino Sebastián Moro acompañando la lucha por Memoria, Verdad y Justicia para que pueda traducirse en juicio y castigo a los responsables de crímenes de lesa humanidad, entre ellos treinta y siete homicidios durante el reciente golpe en Bolivia. Sebastián es una más de esas víctimas porque su trabajo como periodista expresaba un compromiso político que esa dictadura en ciernes quería silenciar y escarmentar.

Link: https://forms.gle/EUf4fjPLXhEctBvz5

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.