Mesure de protection urgente demandée devant la CIDH pour 7 anciennes autorités du gouvernement d’Evo Morales Ayma

Les organisations des droits de l’homme d’Argentine, internationalement reconnues pour leur lutte et leur engagement dans la défense des droits fondamentaux, se sont présentées devant la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH), le 10 juin dernier, pour demander l’adoption d’une mesure de protection urgente par les sept personnes, anciennes autorités du gouvernement constitutionnel renversé d’Evo Morales Ayma, demandeurs d’asile, qui se trouvent depuis plus de sept mois à la Résidence de l’ambassade du Mexique à La Paz. Depuis le 10 novembre 2019, ils attendent la délivrance des laissez-passer pour se rendre au Mexique, dans le respect du droit international d’asile de la Convention américaine des droits de l’homme. 

Les sept personnes sont privées du plein accès au droit d’asile, qui est internationalement reconnu et habituellement respecté dans la «tradition latino-américaine». La situation est très urgente car non seulement leur santé et leur intégrité personnelle, mais aussi leur vie même sont en danger.

Il est de notoriété publique que lorsqu’ils sont entrés au siège de la diplomatie mexicaine en Bolivie en novembre 2019, il n’y avait pas de mandat d’arrêt contre eux et ils ont demandé l’asile politique pour protéger leur vie (après de graves situations de violence envers leur famille et leur foyer). Dans tous les cas, pendant plus de 220 jours, ils se sont vu refuser le laisser-passer qui leur permettrait d’atteindre le pays d’accueil.

Abuelas de Plaza de Mayo ; Madres de Plaza de Mayo Línea Fundadora ; Asamblea Permanente por los Derechos Humanos ; Familiares de Desaparecidos y Detenidos por Razones Políticas ; Liga Argentina por los Derechos del Hombre ; H.I.J.O.S. Capital ; Movimiento Ecuménico por los Derechos Humanos ; Comisión Memoria, Verdad y

Justicia Zona Norte ; Familiares y compañeros de los 12 de la Santa Cruz ; Fundación Memoria Histórica y Social Argentina ; APDH La Matanza, a signé la pétition devant la CIDH.

Ils l’ont fait dans l’espoir d’être entendus et que la Commission émette la mesure demandée, qui permettrait à Héctor Arce Zaconeta, ancien ministre de la Justice, Javier Zavaleta López, ancien ministre de la Défense, et Juan Ramón Quintana Taborga, ancien ministre de la Présidence, d’avoir accès au sauf-conduit ; Wilma Alanoca Mamani, ancienne ministre de la culture ; Hugo Moldiz Mercado, ancien ministre du gouvernement ; Víctor Hugo Vásquez, ancien gouverneur du département d’Oruro ; et Nicolás Laguna, ancien directeur de l’Agence des technologies de l’information et de la communication du ministère de la présidence.

Le traitement et la solution de l’affaire exigent une réponse immédiate, faute de quoi les dommages peuvent être irréparables, tant pour l’intégrité et la vie des personnes touchées que pour leurs groupes familiaux.

Il est impératif et urgent que le gouvernement actuel de la Bolivie se conforme aux normes constitutionnelles et conventions en matière de droits de l’homme auxquelles il est tenu en tant qu’État membre du Système régional.

La responsabilité politique et internationale de l’État bolivien – désormais représenté par un gouvernement autoproclamé qui gouverne de facto – est compromise dans la mesure où il n’y a aucun argument, aucune cause ou aucun obstacle juridique qui l’empêche d’assurer la conduite sûre et de garantir la sortie du pays vers l’asile des sept personnes qui l’ont opportunément demandé dans l’exercice de leurs droits.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.